AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

  La femme et le jeûne

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
أم رشدي
Admin
avatar

Messages : 2985
Date d'inscription : 25/12/2014

MessageSujet: La femme et le jeûne   Ven 3 Juin - 17:09






La femme et le mois sacré


Quel bonheur de voir  l’enseignante, l'étudiante, la pauvre ou la riche se rendre tôt à la mosquée, emportant avec elles leur exemplaire du Coran. Elles passent la journée à évoquer Allah, exalté soit-Il, à L'invoquer et Le supplie avec recueillement. Et les voilà la nuit en train de prier, de réciter le Coran et d'assister aux séances d'invocation, dans le but de consolider leur foi. Pendant le mois sacré, la femme se met à invoquer Allah, exalté soit-Il, pour qu'Il lui accorde Sa protection et Sa miséricorde, et qu'Il affermisse ses pas sur le droit chemin. Elle n'oublie pourtant pas de consacrer une partie de ses pensées et de ses invocations à ses coreligionnaires vivant aux quatre coins du monde, car le lien qu'elle entretient avec eux, issu du credo commun, est toujours vif dans son cœur.



Au cours de ce mois béni, la femme croyante donne la réplique à ceux qui veulent faire de ce mois une période de paresse, un moment pour envahir les marchés ou une perte de temps en regardant des émissions qui appauvrissent la pensée et tuent tout sentiment de jalousie. Elle est consciente que, de nos jours, ce mois intervient à une époque où les tentations et les facteurs qui détournent les gens de l'adoration d'Allah, exalté soit-Il, se multiplient, et où la compagnie qui aide à faire le bien fait défaut. Elle cherche alors dans les versets coraniques une provision qui l'aide à poursuivre la marche de la da'wa et de la foi avec sérénité, et une pleine confiance en sa religion. Je vois mes sœurs croyantes un peu partout écouter attentivement des histoires qui relatent l'attitude des croyants et des croyantes, évoquée dans le Coran, qui est influencée par ces âmes sublimes et qui, en conséquence, s'engagent à rejoindre ce cortège de militants.




Consciente que ce mois béni regorge de moyens apparents et cachés pour se rapprocher d'Allah, exalté soit-Il, elle tente autant qu'elle le peut de se servir de ces moyens. Elle accomplit la prière, donne l'aumône, honore les liens de parenté et récite le Coran, sans pour autant oublier son cœur : elle s'en remet à Allah, exalté soit-Il, Le supplie, réitère son repentir, en étant certaine de son triomphe, et implore son Seigneur avec recueillement. Par conséquent, son amour et son attachement à ce mois sacré augmentent, au point de souhaiter que toute l'année soit Ramadan.




Je recommande à mes sœurs musulmanes de profiter de certains moments : après l'aube, elles peuvent mémoriser le Coran ; l'après-midi, elles peuvent rencontrer leurs sœurs, parmi les voisines, pour étudier certains versets et s'enjoindre mutuellement le bien.

En accueillant le mois de Ramadan, n'oublions pas d'invoquer Allah, exalté soit-Il, en faveur de nos oulémas qui ont rendu l'âme l'an passé. Nous implorons Allah, exalté soit-Il, de faire de leurs tombes des jardins du Paradis, de les combler de Sa miséricorde, de leur accorder les lieux les plus élevés du Paradis, et de nous réunir avec eux, ainsi qu'avec nos parents et tous les musulmans, dans la demeure de Sa miséricorde.











Dernière édition par أم رشدي le Sam 4 Juin - 7:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://talibatesal3ilm.forumactif.org
أم رشدي
Admin
avatar

Messages : 2985
Date d'inscription : 25/12/2014

MessageSujet: Re: La femme et le jeûne   Ven 3 Juin - 17:23

La femme et le temps au mois de Ramadan





Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux. Que le salut et la bénédiction d’Allah soient sur le plus noble des prophètes et des Messagers, notre Prophète Muhammad, ainsi que sur sa famille et ses Compagnons.


Le temps est un trésor que possèdent le riche comme le pauvre, l’homme modeste comme le prince, mais qui est, hélas, gaspillée par nombre de gens, car les jours et les nuits se succèdent et tout le monde peut en tirer profit.


Quiconque médite sur le Livre d’Allah, exalté soit-Il, et la Sunna de Son Prophète (Salla Allahou Alaihi wa Sallam) trouvera mise en relief l’importance du temps. Allah, exalté soit-Il, dit (sens du verset) : « Pensiez-vous que Nous vous avions créés sans but, et que vous ne seriez pas ramenés vers Nous ? » (Coran 23/115).


De par Sa grâce, Allah, exalté soit-Il, a fait en sorte que le jour et la nuit se succèdent, et celui qui manque à accomplir de bonnes actions au cours de l’un peut essayer de compenser ce manque au cours de l’autre. Allah, exalté soit-Il, dit (sens du verset) :


« Et c’est Lui qui a assigné une alternance à la nuit et au jour pour quiconque veut y réfléchir ou montrer sa reconnaissance » (Coran 25/62).


Le Prophète (Salla Allahou Alaihi wa Sallam) a dit :


« Les comptes que l’on demandera au serviteur le Jour du Jugement ne s’achèveront pas avant qu’il ne réponde à quatre choses : à quoi il a passé sa vie, comment il a passé sa jeunesse, comment il a acquis ses biens et comment il les a dépensés » (Tirmidhî : sahîh).




Donc, la moitié des questions posées portera sur le temps !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://talibatesal3ilm.forumactif.org
أم رشدي
Admin
avatar

Messages : 2985
Date d'inscription : 25/12/2014

MessageSujet: Re: La femme et le jeûne   Ven 3 Juin - 17:28



Donc, la moitié des questions posées portera sur le temps !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://talibatesal3ilm.forumactif.org
أم رشدي
Admin
avatar

Messages : 2985
Date d'inscription : 25/12/2014

MessageSujet: Re: La femme et le jeûne   Ven 3 Juin - 17:34



L’importance du temps augmente au noble mois de Ramadan, au cours duquel celui qui d’habitude gaspille son temps doit revoir la façon de l’employer, et celui qui sait l’exploiter en dehors de ce mois doit s’évertuer à encore mieux en tirer profit pendant Ramadan.

Chère sœur musulmane,

Nous mettons l’accent sur la grande importance du temps au mois de Ramadan, parce que nous voyons beaucoup de femmes qui gaspillent leurs nuits à s’amuser, veiller et sortir de chez elles, et leurs journées à dormir ou faire la cuisine, adoptant ce credo : Ramadan, le mois où l’on passe ses journées à dormir et ses nuits à veiller ! Ainsi, les Ramadans se succèdent, sans qu’elles ne procèdent à un recensement de leurs œuvres et projets, ni à une rectification de leurs erreurs et manquements. Par conséquent, à chaque nouveau Ramadan, on recommence à zéro, ce qui constitue un grand gaspillage du temps et de la vie.


Dans son Zâd al-Mi’âd, Ibn al-Qayyim, qu’Allah lui fasse miséricorde, dit : « Au cours du mois de Ramadan, le Prophète (Salla Allahou Alaihi wa Sallam) multipliait les actes d’adoration. Au cours du mois, Djîbrîl (l’Ange Gabriel) venait chaque nuit lui faire réviser le Coran. Lorsque Djîbrîl (l’Ange Gabriel) le rencontrait, le Prophète (Salla Allahou Alaihi wa Sallam) se hâtait de faire le bien et était alors plus généreux qu’un vent impétueux. Il était la personne la plus généreuse, et plus généreux que jamais pendant le mois de Ramadan, au cours duquel il multipliait les aumônes, et autres actes de bienfaisance : la récitation du Coran, les prières, les évocations d’Allah, la retraite spirituelle, etc. Il accomplissait (Salla Allahou Alaihi wa Sallam) au mois de Ramadan des actes cultuels qu’il n’accomplissait pas les autres mois de l’année, si bien qu’il poursuivait parfois son jeûne (la nuit) pour consacrer ses jours et ses nuits à l’adoration ».


Sachez, mes chères sœurs, que la vie des membres de la communauté musulmane est courte, ce qui doit vous pousser à tirer profit de votre vie. On rapporte qu’un prophète rencontra un jour une femme qui pleurait son fils mort alors qu’il avait plus de deux cents ans. Il le consola en lui disant : « Qu’en serait-il si tu avais connu une communauté, dont l’âge moyen des membres varie entre soixante et soixante-dix ans ? ». « Si je l’avais connue et en avais fait partie, j’aurais passé ma vie en prosternation », répondit-elle.



Cependant, Allah, exalté soit-Il, a compensé la faible longévité relative des membres de la communauté islamique par la bénédiction dans leur vie, grâce aux bonnes actions qu’ils accomplissent, telles que la prière nocturne de Laylat al-Qadr, le jeûne des six jours du mois de Chawwâl, la prière effectuée dans la Mosquée sacrée de La Mecque, dans celle du Prophète (Salla Allahou Alaihi wa Sallam) à Médine ou dans celle d’al- Aqsâ à Jérusalem. Ainsi, c’est comme si ceux qui les accomplissent jouissaient d’une longue vie. A noter que l’écoulement étonnamment rapide des jours et des années figure parmi les signes précurseurs de l’Heure.


Conscients plus que quiconque de la valeur du temps, nos pieux prédécesseurs étaient au plus haut point soucieux d’en tirer profit. Ibn Mas’ûd, qu’Allah soit satisfait de lui, a dit : « Je n’ai jamais rien regretté comme un jour qui passe, diminuant la durée de ma vie sans que ne soient augmentées mes bonnes œuvres ».

Pour sa part, Ibn Radjab raconte qu’une femme dévote de La Mecque se disait à la tombée de la nuit : « Mon âme ! Cette nuit est à toi et tu n’en auras pas d’autre », puis elle s’adonnait aux actes d’adoration, et quand arrivait le matin, elle se disait : « Mon âme ! Ce jour est à toi et tu n’en auras peut-être pas d’autre », puis elle s’adonnait aux actes d’adoration.





Dernière édition par أم رشدي le Sam 4 Juin - 7:05, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://talibatesal3ilm.forumactif.org
أم رشدي
Admin
avatar

Messages : 2985
Date d'inscription : 25/12/2014

MessageSujet: Re: La femme et le jeûne   Ven 3 Juin - 18:46


Un homme dit un jour à ‘Âmir ibn ‘Abdi-Qays : « Lève-toi que je puisse te parler ». Il lui répondit : « Alors, retiens le soleil », c'est-à-dire empêche le temps de passer.

Chère sœur musulmane,


Il est incontestable que le temps qui n’est pas utilisé pour accomplir une bonne action le sera pour en accomplir une mauvaise. Et nos ennemis ne cessent de manigancer pour nous faire perdre notre temps, tandis qu’ils tirent profit du leur, sans en gaspiller le moindre instant. Ne croyez pas, chère sœur, que seules les femmes qui travaillent sont capables de bien employer leur temps, car chacune peut le faire dans la mesure du savoir et des potentialités qu’elle possède, et peut s’adonner à la mémorisation du Coran, à l’apprentissage ou à l’enseignement du savoir religieux, à la prédication, ou encore à la cause des pauvres et à la collecte de dons en leur faveur. Allah, exalté soit-Il, a donné à d’autres l’occasion de faire le bien en aidant un de leurs parents âgés, encore en vie. En somme, chacun se verra faciliter ce pour quoi il a été créé.


La miséricorde d’Allah, exalté soit-Il, veut que nous ayons, chère sœur, une récompense pour chacun des travaux ménagers que nous accomplissons, ainsi que pour le sommeil, la consommation de nourriture, notre sollicitude envers notre époux et l’éducation de nos enfants, et même pour la satisfaction de nos besoins charnels, à condition d’accomplir ces œuvres dans l’intention de nous rapprocher d’Allah, exalté soit-Il, d’espérer Sa récompense et Son soutien dans nos actes d’obéissance. Vous pouvez également évoquer Allah, exalté soit-Il, pendant l’accomplissement de certains travaux ménagers ou autres, pour ainsi gagner la récompense de l’évocation, en plus de celle de la tâche que vous effectuez.

Chère sœur,

Beaucoup de femmes voudraient bien profiter de leur temps, mais manquent de détermination. Si elles cherchent les facteurs qui peuvent les aider à exploiter au mieux leur temps, nous leur dirons ceci :

1- La crainte d’Allah, exalté soit-Il, et le sentiment d’être surveillé par Lui poussent l’homme à passer son temps en actes d’obéissance et à renoncer aux interdits, car les versets suivants nous informent des attributs suivants d’Allah, exalté soit-Il, (sens des versets) : « Car Allah est, certes, Omniscient et Sage » (Coran 4/11) et « Certes Allah vous observe parfaitement » (Coran 4/1). Ces attributs ancrent dans le cœur du croyant la conviction qu’Allah, exalté soit-Il, l’observe partout et toujours. Par conséquent, il (comprend qu’il) doit faire ce qu’Allah, exalté soit-Il, lui a ordonné de faire, et s’abstenir de se trouver dans les situations qu’Il lui a interdites.

2- Le souvenir de la mort, car si l’homme se souvient toujours de la mort, tout en ignorant le lieu et le temps où elle le surprendra, il sera plus soucieux de conclure sa vie par des œuvres pieuses, de rendre l’âme en accomplissant un acte d’obéissance et, par conséquent, d’employer son temps à accomplir de bonnes actions.

3- La compagnie des gens vertueux et au grand caractère, qui savent employer leur temps, qui vous rappellent Allah, exalté soit-Il, dès que vous les voyez, qui augmentent votre savoir dès qu’ils parlent, dont les œuvres vous rappellent l’au-delà, qui animent les cœurs lorsqu’on se rappelle d’eux, même après leur mort, et non pas ceux qui font mourir les cœurs par leur fréquentation de leur vivant.

4- La conscience de la valeur et de l’importance du temps, en se rendant compte que l’homme sera jugé sur la façon dont il aura employé son temps.

5- La méfiance vis-à-vis de l’atermoiement, qui est l’un des soldats du diable, et la hâte d’œuvrer avant d’en être empêché.


___________________________________________________________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://talibatesal3ilm.forumactif.org
أم رشدي
Admin
avatar

Messages : 2985
Date d'inscription : 25/12/2014

MessageSujet: Re: La femme et le jeûne   Ven 3 Juin - 23:37


L’atermoiement Synonyme : retard = التسويف



Un prince invita un jour un homme pieux à un repas. Ce dernier s’excusa, car il jeûnait. Le prince lui dit : « Romps ton jeûne et reprends-le demain ». Et l’homme pieux de lui répondre : « Me garantis-tu que je vivrai jusqu’à demain ? ».

Eh oui, ma sœur en Islam. Pouvons-nous garantir que notre vie se prolongera jusqu’à demain ou même jusqu’à la fin de cet entretien ?

Empressons-nous donc d’accomplir de bonnes actions et de tirer profit de notre temps au mois de Ramadan, car celle qui ne le fera pas en ce mois ne le fera pas à un autre moment.

Et louange à Allah, Seigneur de l’univers.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://talibatesal3ilm.forumactif.org
أم رشدي
Admin
avatar

Messages : 2985
Date d'inscription : 25/12/2014

MessageSujet: Re: La femme et le jeûne   Ven 3 Juin - 23:38

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://talibatesal3ilm.forumactif.org
أم رشدي
Admin
avatar

Messages : 2985
Date d'inscription : 25/12/2014

MessageSujet: Re: La femme et le jeûne   Ven 3 Juin - 23:50

Catégories de femmes pendant le Ramadan

Louanges à Allah. Que la paix et la bénédiction soient sur le sceau des Prophètes.

Il y a des femmes qui passent la plupart de leur temps dans la cuisine, abandonnant l’évocation d’Allah, Exalté soit-Il, et la récitation du Coran et perdant ainsi la grande récompense de ces actes d’adoration, comme si le mois de Ramadan était le mois de la consommation des aliments et des boissons, et non pas celui du jeûne, de la prière nocturne et de la récitation du Coran.





Il y en a d’autres qui, voulant faire la prière et le jeûne avec les gens, prennent des comprimés pour bloquer leur cycle menstruel pendant le mois de Ramadan. Or, il vaut mieux pour elles de ne pas se comporter ainsi et d’accepter ce qu'Allah, Exalté soit-Il, a décrété pour elles, car ces médicaments ont des effets nocifs que les médecins ont mentionné. De plus, si Allah, Exalté soit-Il, a créé la femme de la sorte, c’est pour une raison qu’Il est le seul à connaître et le fait de bloquer les menstrues avec des médicaments s’oppose à sa nature innée.




Il y en a d’autres encore qui, pendant la période de la menstruation ou des lochies, cessent d’évoquer Allah, Exalté soit-Il, et de réciter le Coran, alors que, en vertu des avis des ulémas, les menstrues et les lochies n’empêchent pas la femme de réciter le Coran. Cependant, elle ne doit toucher l’exemplaire du Coran qu’à l’aide d’un isolant. Elle peut également lire des ouvrages utiles, écouter la récitation du Coran et des émissions instructives à la radio ou enregistrées, qui sont disponibles grâce à Allah, Exalté soit-Il, en grande quantité et elle aura une récompense équivalente à son intention.





Il y a aussi des femmes qui se rendent à la mosquée pour accomplir la prière des Tarawihs. Or, elles sortent de chez elles en ayant une apparence impudique, dévoilent ce qu’elles ne doivent pas montrer, alors que la femme tout entière est une Awra. Parfois, elles sont emmenées seules à la mosquée par leurs chauffeurs non-Mahrams, ce qui constitue un tête-à-tête illicite. Il vaudrait mieux pour celles-là qu’elles restent chez elles.




Dans son ouvrage Al-Matjar Ar-Rabih fi Thawab Al-Amal As-Saleh, Abdelmoumen Ibn Khalaf Ad-Dimiati, qu'Allah lui fasse miséricorde, a consacré tout un chapitre à la récompense de la femme qui accomplit la prière chez elle. Un chapitre que nous présentons de façon abrégée : « D’après Ibn Omar, qu'Allah soit satisfait de lui et de son père, le Prophète (Salla Allahou Alaihi wa Sallam) a dit : ' N’interdisez pas aux servantes d’Allah de se rendre aux mosquées d’Allah. Et leurs maisons sont meilleures pour elles. ' (Abou Dawoud) ;





Il a aussi dit :'La femme est une Awra,(un être avec lequel il faut faire preuve de retenue), lorsqu’elle sort de chez elle, le diable la poursuit du regard jusqu’à ce qu’elle revienne. Elle est plus proche de son Seigneur quand elle reste à la maison' (At-Tabarani : Hassane).




Et d’après Ibn Messaoud, qu'Allah soit satisfait de lui, le Prophète, (Salla Allahou Alaihi wa Sallam) a dit : 'Le fait pour la femme d'accomplir sa prière dans sa chambre est meilleur pour elle que de l’accomplir dans la cour intérieure de sa maison, et le fait de l'accomplir près de son lit est meilleur pour elle que de l’accomplir ailleurs dans sa chambre'(Abou Dawoud et Ibn Khouzeïma).

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://talibatesal3ilm.forumactif.org
أم رشدي
Admin
avatar

Messages : 2985
Date d'inscription : 25/12/2014

MessageSujet: Re: La femme et le jeûne   Ven 3 Juin - 23:51



Ces Hadiths indiquent que la prière de la femme n’en sera que meilleure si elle se dissimule aux regards et s’éloigne des gens. Selon Ibn Khouzeïma et d’autres ulémas, la prière de la femme, accomplie dans sa maison est meilleure que celle accomplie dans la mosquée, même si c’est la Mosquée sacrée de la Mecque, celle de Médine ou Bayte Al-Maqdis, et le sens absolu des Hadiths susmentionnés en est la preuve.
En outre, le Prophète (Salla Allahou Alaihi wa Sallam) l’a bien déclaré dans le Hadith de Oum Houmeyd, qu'Allah soit satisfait d'elle, démontrant que l’homme qui se rend à une mosquée distante et qui prend l’habitude d’accomplir la prière dans la mosquée verra sa récompense augmenter et ses Hassanates multipliées. En revanche, la femme qui fréquente la mosquée pour accomplir la prière verra sa récompense et ses Hassanates diminuer. Oum Houmeyd, l’épouse de Abou Houmeyd As-Saïdi, qu’Allah soit satisfait d’elle et de son mari, vint un jour dire au Prophète (Salla Allahou Alaihi wa Sallam) : 'Ô Messager d’Allah, j’aime prier avec toi'. Le Prophète (Salla Allahou Alaihi wa Sallam) lui répondit : 'Je sais que tu aimes prier avec moi, mais il est mieux pour toi de prier près de ton lit que dans ta chambre ; dans ta chambre que dans ta maison ; dans ta maison que dans la mosquée voisine, et dans la mosquée voisine que dans la grande mosquée avec moi'.
Elle ordonna qu’on lui construise un lieu de prière à l’endroit le plus reculé et le plus sombre de sa chambre, et c’est là qu’elle accomplit ses prières jusqu’à sa mort (Ahmad, Ibn Khouzeïma et Ibn Hibbane).

De son côté, Aicha, qu'Allah soit satisfait d'elle, a dit : « Si le Prophète (Salla Allahou Alaïhi wa Sallam) avait vu ce que les femmes de nos jours font, il leur aurait formellement interdit de se rendre aux mosquées. » C'est ce qu'elle avait dit à propos des femmes Compagnons et des premières musulmanes. Qu'aurait-elle dit alors si elle avait vu les femmes de nos jours ? » Voici le témoignage de Ad-Dimiati au VIIème siècle de l’hégire.

Il y a aussi des femmes qui se rendent à la mosquée avec leurs petits enfants qui se mettent à pleurer, à crier, à courir, à faire de la mosquée un terrain de jeu et de poursuites, à s'amuser avec les exemplaires du Coran, à agacer les gens qui font la prière, sans parler de la perturbation qu’ils produisent.

De plus, certaines de ces femmes se rendent à la mosquée, parfumées à l’encens, alors que ce comportement est formellement interdit. Le Prophète (Salla Allahou Alaihi wa Sallam) a dit : « Toute femme qui se parfume à l’aide de l’encens doit éviter d’assister avec nous à la prière d’Al-Isha » (Mouslim). Abou Houreïra, qu'Allah soit satisfait de lui, rapporta ce qui suit : « Je vis une femme parfumée et j’entendis le Prophète (Salla Allahou Alaihi wa Sallam) dire : « Lorsqu’une femme se parfume, puis se rend à la mosquée, sa prière ne sera pas acceptée, à moins qu’elle ne fasse le Ghousl »(Al-Albani : Sahih).

Il y a également des femmes qui se rendent à la mosquée, rien que pour passer quelque temps en dehors de leur maison ou pour rencontrer des amies et non pas pour accomplir la prière. Celles-ci font d’un lieu de culte un club pour des discussions privées. En plus, elles parlent si fort que les hommes peuvent les entendre.

Certaines femmes ignorent les dispositions de la prière en commun. Par conséquent, quand elles arrivent en retard, en ayant raté des unités de prière, elles ne savent pas quoi faire. Parfois, elles font seules le Takbir, accomplissent les unités ratées puis rejoignent l’imam ; parfois, elles font autrement. Or, elles doivent rejoindre directement l’imam, puis quand il fait les salutations de clôture, elles ne doivent pas les faire après lui, mais rattraper les unités ratées.

La majorité des femmes qui accomplissent la prière dans les mosquées ne sont soucieuses ni de parfaire l’alignement des rangs, ni de combler les espaces vides. Perplexes à propos de la rangée préférable, certaines d’entre elles se tiennent dans les dernières rangées, alors que d’autres prennent place dans les premières et d’autres encore préfèrent rester au milieu. Cette confusion est issue de la mauvaise compréhension du Hadith, dans lequel le Prophète, Salla Allahou 'Alaihi wa Sallam, a dit : « Les meilleures rangées pour les femmes sont les dernières et les plus mauvaises sont les premières. »

Selon les ulémas, ce Hadith doit être mis en application, lorsque l’écran qui sépare les hommes des femmes fait défaut. Dès que cette séparation est établie, que ce soit à l’aide d’un rideau ou en consacrant l’étage supérieur de la mosquée aux femmes, de sorte que les hommes ne les voient pas, les premières rangées seront les meilleures, car proches de l’imam et de la Qibla et Allah sait mieux.

Après avoir terminé la prière, certaines femmes tardent à sortir de la mosquée jusqu’au moment de la sortie des hommes. Là, elles se mêlent à ces derniers dans les issues et aux portes. Or, les femmes doivent quitter la mosquée juste après que l’imam ait faites les dernières salutations. Pour leur part, les hommes doivent tarder un peu à sortir, pour permettre aux femmes de le faire.

Certaines des filles qui ont leurs menstrues pour la toute première fois, cachent la nouvelle à leur famille et continuent leur jeûne, alors qu’elles sont impures, puis, par ignorance ou par pudeur, elles ne rattrapent pas les jours non jeûnés. Pour éviter ceci, les mères sont enjointes d’initier leurs filles à ce qu’elles doivent faire dans pareilles situations. De son côté, la fille qui s’est comportée ainsi doit absolument rattraper les jours non jeûnés, aussi nombreux soient-ils. Si elle ignore le nombre de ces jours, elle doit s’efforcer de jeûner le nombre qu’elle juge suffisant pour parfaire le rattrapage des jours qu’elle n’a pas jeûné.
Il y a aussi des filles qui se rendent à la Mecque avec leur famille pour accomplir la Omra, et qui, s’il leur arrive d’avoir leurs menstrues, ne préviennent pas leurs proches, par pudeur ou par crainte et entrent avec eux dans la Mosquée sacrée, accomplissent la prière en commun et peut-être même font les circumambulations rituelles, alors qu’elles sont impures. Elles commettent ainsi une faute grave et leur Omra est invalide, jusqu’à ce qu’elles se purifient, fassent le Ghousl et reprennent la circumambulation ; et elles doivent se repentir de ce qu’elles ont fait.

Il y a aussi des femmes qui accomplissent les rites de la Omra, tout en portant le Niqab et/ou des gants, alors que la femme en état de sacralisation n’a pas le droit de le faire et doit laisser son visage et ses deux mains découverts, à moins qu’il y ait des hommes non-Mahrams en sa présence. Aicha, qu'Allah soit satisfait d'elle, a dit : « Des pèlerins voyageant à dos de chameau nous croisaient, alors que nous participions au pèlerinage en compagnie du Prophète (Salla Allahou Alaihi wa Sallam). Chaque fois qu’un groupe passait juste devant nous, nous rabattions nos voiles sur nos visages. Quand il nous dépassait, nous les découvrions de nouveau. »

Sachant que le Niqab, porté de nos jours par les femmes, qu’Allah les guide, n’est pas celui du temps du Prophète (Salla Allahou Alaihi wa Sallam) car de nos jours, les femmes laissent voir leurs yeux qu’elles enduisent de Kohl et parfois même une partie du visage, outre la faiblesse de la foi, le manque de scrupules religieux, les sorties sans nécessité, les regards jetés à gauche et à droite, ce qui a poussé nos éminents ulémas à interdire le port de cette sorte de Niqab, en vue de prévenir toute conséquence défavorable et d’étouffer la Fitna dans l’œuf.

Il y a également des femmes qui passent les nuits de Ramadan, surtout le derniers tiers du mois, à courir les magasins et les maisons de couture et fréquentent d’autres lieux qui ne font que les éloigner davantage d’Allah Exalté soit-Il. Elles sortent parfois de chez elles, sans être accompagnées d’un Mahram ou sans voile, exhibant leurs atours. Quand elles rentrent chez elles, elles sont chargées de péchés, et privées de récompense. Elles auraient mieux employé ces nuits distinguées à accomplir des œuvres qui les rapprochent d’Allah, Exalté soit-Il, car le véritable déshérité est celui qui est privé de leurs bienfaits et de leurs mérites.
Parmi les occasions toutes trouvées pour la femme de faire le bien pendant le mois de Ramadan, figure le service qu’elle peut rendre dans sa maison aux jeûneurs, conformément au Hadith du Prophète (Salla Allahou Alaihi wa Sallam) a dit : « Ceux qui donnent aux jeûneurs de quoi rompre leur jeûne ont emporté aujourd’hui toute la récompense. » De plus, elle peut invoquer Allah, Exalté soit-Il, pour qu’Il lui donne une récompense équivalente à celle des œuvres qu’elle fait d’habitude en état de pureté, puisque le Prophète (Salla Allahou Alaihi wa Sallam) a dit : « Si le serviteur d’Allah tombe malade ou part en voyage, il aura une récompense équivalente aux bonnes actions qu’il avait l’habitude d’accomplir quand il était chez lui et en bonne santé. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://talibatesal3ilm.forumactif.org
أم رشدي
Admin
avatar

Messages : 2985
Date d'inscription : 25/12/2014

MessageSujet: Re: La femme et le jeûne   Sam 4 Juin - 0:06

La femme en période de menstrues et le jeûne


D'après Mo`aadhah bint `Abd Allah Al-`Adawiyyah    معاذة بنت عبد الله العدوية  , qu'Allah lui fasse miséricorde: «Je demandai à`Aïcha, qu'Allah soit satisfait d'elle: pourquoi la femme en période de menstrues rattrape-t-elle le jeûne mais pas les prières?


Es-tu donc une Harouriyya?, répondit `A'icha.

-           Non, je ne suis pas une Harouriyya, mais je pose cette question, répondit la femme.
-           Du temps du Prophète (Salla Allahou 'Alaihi wa Sallam) répliqua `Aïcha, on nous ordonnait de rattraper le jeûne mais pas les prières.» (Boukhari et Mouslim)
Cette version est celle de Mouslim.
Dans une autre version, Mo`aadhah demanda à `Aïcha, qu'Allah soit satisfait d'elle: «Une femme doit-elle rattraper les Salaates (prières) qu'elle a manqué pendant ses menstrues?
-           Es-tu donc une Harouriyya? demanda `Aïcha; aucune de nous n'était obligée de rattraper les Salates qu'elle avait manquées pendant ses menstrues» (At-Tirmidhi)
D'après `Aïcha, qu'Allah soit satisfait d'elle: «Du temps du Prophète, Salla Allahou 'Alaihi wa Sallam, quand nous nous purifiions après nos menstrues, il [le Prophète (Salla Allahou Alaihi wa Sallam)] nous ordonnait de rattraper le jeûne (que nous avions manqué) mais pas les prières» (At-Tirmidhi: Hassan)
At-Tirmidhi ajouta ensuite: «Les Oulémas sont unanimes quant au fait que la femme en période de menstrues rattrape les jours de jeûne qu'elle a manqués mais pas les prières».


La question que posa `Aïcha, qu'Allah soit satisfait d'elle: « Es-tu donc une Harouriyya ? » traduit sa condamnation de la question de la femme. En effet, les Harouriyyas étaient une secte kharijite originaire d'un village nommé Harouraa' près de Koufa. Ils sortirent de ce village et étaient qualifiés d'excessifs et de rigoristes. Certains parmi eux exigeaient de la femme en période de menstrues de rattraper les Salates manquées au cours de ses menstrues contrairement aux Hadiiths et à l'unanimité des Oulémas. C'est pourquoi `Aïcha lui posa cette question sous forme de critique en voulant dire: fais-tu partie de cette secte?


Dernière édition par أم رشدي le Sam 4 Juin - 7:15, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://talibatesal3ilm.forumactif.org
أم رشدي
Admin
avatar

Messages : 2985
Date d'inscription : 25/12/2014

MessageSujet: Re: La femme et le jeûne   Sam 4 Juin - 0:13

Enseignements et règles:



1- Interdiction du rigorisme, de l'exagération en matière de religion, et obligation d'observer à la lettre les textes, de les mettre en application et d'user des dispenses qu'Allah, Exalté soit-Il, autorise à Ses serviteurs. De même que l'exagération est blâmable, la négligence en matière de religion l’est également. Le meilleur est le juste milieu, lequel réside dans le recours à l’ensemble des textes.

2- Autorisation de condamner le rigorisme en matière de religion, d'une manière adéquate qui permet d'atteindre les objectifs visés sans entraîner des dommage
s plus graves.
3- En voyant le Mufti le considérer comme rigoriste à cause de sa manière de poser la question, celui qui pose la question doit manifester qu'il le fait pour être guidé et non pas pour être excessif. Mo`aadhah agit de cette manière en disant: « non, je ne suis pas une Harouriyya, mais je pose la question». Dans ce cas, le Mufti doit répondre de manière à supprimer toute ambiguïté, tout comme l'a fait `Aïcha, qu'Allah soit satisfait d'elle.
4- La raison la plus importante des verdicts religieux est de se soumettre aux ordres d'Allah, Exalté soit-Il, et de Son Messager (Salla Allahou 'Alaihi wa Sallam). Ainsi fut la justification de `Aïcha, qu'Allah soit satisfait d'elle, en indiquant que le Prophète (Salla Allahou 'Alaihi wa Sallam) leur ordonnait de rattraper le jeûne mais pas les prières. Autrement dit, s'il avait été obligatoire de rattraper les Salates manquées, le Prophète (Salla Allahou 'Alaihi wa Sallam) leur aurait
ordonné de le faire, car le Prophète (Salla Allahou 'Alaihi wa Sallam) était celui qui se souciait le plus du bien de sa nation en éclaircissant tout ce qui avait besoin d'éclaircissements. Ainsi, le musulman doit être soumis à Allah, le Très Haut, respecter Sa Charia, observer les textes établis. Il exécute les ordres prescrits par la Charia, et s’abstient des choses interdites parce que la Charia les a prohibées, même s'il n’en comprend pas la cause.
5- Ibn `Abdul-Barr, qu'Allah lui fasse miséricorde, a dit: «Tout le monde est d’accord pour dire que la femme en période de menstrues ne jeûne pas et rattrape les jours manqués sans rattraper les Salates, sans aucune divergence à cet égard, grâce à Allah. D'ailleurs, ce qui fait l'objet d'unanimité chez les musulmans est la vérité et ne permet aucune excuse».
6- Le fait que la Charia n’oblige pas à rattraper les prières témoigne de sa souplesse, de sa tolérance et de sa miséricorde envers les femmes. La raison en est que la Salate se répète et qu’il est difficile que les femmes la rattrapent. Elles ont le devoir de louer Allah, Exalté soit-Il, pour cette tolérance et cette indulgence envers elles.
7- Si la femme s’est purifiée juste après le lever du soleil, il ne lui est pas permis de jeûner ce jour et elle doit le rattraper car elle avait ses menstrues au moment où l'aube a paru.
8- Si la femme a ses menstrues un moment avant le coucher du soleil, son jeûne est nul et elle doit rattraper ce jour-là.
9- Si la femme a ses menstrues un moment après le coucher du soleil, son jeûne est valide.
10- Si la femme en état de jeûne sent le sang ou les douleurs des menstrues, mais que le sang ne s’écoule qu'après le coucher, son jeûne est valide.
11- L'on apprend à travers ce Hadiith que le malade a le droit de rompre le jeûne même s'il se sent relativement fort, s'il fait face à des difficultés et s'il craint l'aggravation de la maladie. La femme en période de menstrues n'est pas affaiblie, mais il lui est difficile de jeûner à cause de l'écoulement du sang, qui est une maladie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://talibatesal3ilm.forumactif.org
أم رشدي
Admin
avatar

Messages : 2985
Date d'inscription : 25/12/2014

MessageSujet: Re: La femme et le jeûne   Sam 4 Juin - 0:13

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://talibatesal3ilm.forumactif.org
أم رشدي
Admin
avatar

Messages : 2985
Date d'inscription : 25/12/2014

MessageSujet: Re: La femme et le jeûne   Sam 4 Juin - 0:23

La femme et la purification de l’âme durant le mois de Ramadan



Pour la plupart des musulmans, le mois de Ramadan signifie beaucoup plus que la simple abstinence ventrale et sexuelle. Il est une occasion de revivifier l'âme.
Les prières nocturnes dites ‘’prière de Taraaweeh’’, la rupture du jeûne, l’Iftaar, en famille ou entre amis sont les points culminant de l'année pour de nombreux musulmans. Toutefois, pour de nombreuses mamans musulmanes il est de plus en plus difficile d’assumer leurs différents rôles : travail, enfant, entretien de la maison et les nouvelles responsabilités qui viennent s’y ajouter en période de Ramadan.
Alors comment les mamans peuvent-elles gérer toutes ces fonctions et en même se réserver un temps pour leur pratique, leur spiritualité et leurs adorations ?




Nous savons que le mois de Ramadan est une sorte d’entrainement pour les musulmans. Il est une occasion de renouveler les bonnes pratiques et de développer de bonnes habitudes que nous espérons maintenir jusqu'au prochain Ramadan. Un exemple de ces bonnes habitudes est de faire attention à ces intentions avant toute action. Avoir une intention pure et noble est une forme d’adoration, il s'agit d'un moyen facile pour les femmes de faire des adorations même avec un emploi du temps chargé. Que vous soyez en train de laver le linge, de préparer le petit-déjeuner ou un autre un repas ou de donner à votre fils un bain après une longue journée, donner une bonne intention à tout ceci peut faire la différence entre une simple tâche ménagère et un acte d’adoration. Nous devons toujours faire attention à nos intentions. Ramadan est un moment idéal pour réveiller ce genre de pratique.


Classer les responsabilités par ordre de priorité


Une fois le problème de l’intention réglé, nous pouvons faire quelques changements dans nos emplois du temps quotidiens afin de mieux apprécier les bienfaits de ce mois. Occupées, par leurs taches quotidiennes, les mamans doivent établir des priorités pour ce mois afin de déterminer quelles activités leur seront le plus bénéfiques. Le temps nous est limité et il est donc impossible d’accomplir tout ce dont nous avons envie d’accomplir, d'où la nécessité d'établir des priorités et de créer une liste.



Il y a peu de nos tâches ou de nos responsabilités quotidiennes que nous pouvons reporter au cours de Ramadan. En éliminant quelque chose de notre calendrier (temporairement), nous pouvons prendre le temps pour d'autres activités et pratiques qui seront plus bénéfiques pour nous.

Au cours de Ramadan, il est recommandé d’être encore plus assidu aux prières en commun à la mosquée, de lire le Noble Coran avec plus d’intensité, de faire plus de dhikr (rappel d'Allah) et plus d’invocations. Si la mosquée a besoin d’être nettoyer, peut-être pouvez vous le faire. Rappelez-vous qu'aucun acte n’est négligeable et qu’il n’y a que peu de meilleur moment pour gagner une aussi grande récompense que durant le mois de Ramadan.

Les femmes ont énormément de possibilité de troquer une activité par une autre. Nourrissez votre âme plutôt que votre corps à la rupture du jeûne : la coutumière pause de déjeuner est le moment idéal pour sortir du bureau et concentrer votre énergie sur autre chose que votre travail. Si votre break est assez long, vous pouvez aller à la mosquée pour quelques minutes de retraite spirituelle. S’il n'est pas assez long, passer du temps avec un i-Pod ou un autre appareil à votre bureau pour écouter du Coran, une conférence ou un cours.



Faites quelques dhikr pendant votre dîner

Beaucoup de femmes pensent que la cuisine est l’un des aspects les plus importants de ce mois. Cela ne devrait pas être ainsi, mais les Iftaars de plus en plus élaborés ne sont, dans certaines cultures, que de délicieux préludes à un diner encore plus complexe. Les femmes musulmanes doivent faire des efforts pour éviter de tomber dans ce piège.

Ramadan n'est pas uniquement le mois de la gastronomie. Il s'agit d'apprécier ce que nous avons et d’avoir conscience de la chance de l’avoir car beaucoup d'autres ne l'ont pas. Par conséquent, cuisiner des repas astronomiques à nos amis et à nos famille n'est pas la meilleure façon d'observer les bienfaits de ce mois sacré. Peut-être pouvons-nous cuisiner plus simplement et distribuer une partie de la nourriture à la mosquée pour l’Iftaar.


Plutôt que de chanter ou de discuter pendant que vous cuisinez, essayez de faire dhikr. Prononcer les noms d’Allah et L’invoquer est l’une des façons les plus faciles, même pour les plus occupées des mamans, de tirer le meilleur de son temps durant le mois de Ramadan. Tout en remuant le plat, pourquoi ne pas le dire : ‘’Soubhana Allah’’, en dressant la table : ‘’Alhamdouli Allah". Une fois que vous vous serez habitués à ceci, vous verrez combien il est facile de faire du dhikr en tout lieu et en tout temps.

Invoquer Allah pendant que les enfants dorment
Si votre mari est absent car il est à la mosquée pour y effectuer les prières de Taraaweeh et que vos enfants sont trop jeunes pour l’accompagner, mettez les au lit et prier vous aussi. Remplir vos obligations vis-à-vis des membres de votre famille ne signifie pas que vous avez rempli toutes celles envers Allah.
Si vous avez besoin de vous coucher tôt, priez donc plus tard dans la nuit juste avant la prière du fajr. Vous pouvez effectuer de deux Rak'ahs simplement jusqu’à onze si vous vous en sentez la forme.

Ramadan est une occasion à ne pas rater  

Une autre façon de faire en sorte que les mamans puissent nourrir leurs âmes dans ce mois béni n'est pas en recherchant les possibilités de le faire mais en les créant. En d'autres termes, nous pouvons prendre la décision de faire quelque chose puis le faire.
Par exemple, si vous savez que vous savez que votre temps libre est au moment de la prière de Dhohor, les enfants étant à l'école, vous devez donc profiter de ce moment pour multiplier les actes d’adoration. Bien sûr, les prières de Taraaweeh sont bénéfiques, mais si vous ne pouvez pas les faire alors cherchez à faire autre chose.


Évitez de penser que si vous n’avez pas accompli les prières nocturnes ou que vous ne vous êtes pas levé assez avant la prière du Fajr pour prier, vous avez raté votre mois. L'objectif de ce mois de Ramadan et de mettre en place des pratiques que l’on va maintenir durant toute l’année. Ceci est vraiment le but.
Si nous allons dans ce sens, nous gagnerons une grande récompense. Nous pouvons intensifier notre pratiquer durant ce mois mais nous devons garder à l'esprit que ce que nous y faisons peut être fait toute l'année. Il est préférable d'éviter de croire que Ramadan est une situation temporaire et que les choses retournent à la normale une fois qu'il est terminé. Développer des habitudes qui sont spirituellement bénéfique et les maintenir au cours de l’année au lieu de les réserver uniquement pour ce mois : voici la résolution que nous devons tous prendre pour ce mois de Ramadan.





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://talibatesal3ilm.forumactif.org
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La femme et le jeûne   

Revenir en haut Aller en bas
 
La femme et le jeûne
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le "salam" entre homme et femme
» Mémoire d'élève sage-femme
» Comment rendre une femme heureuse
» Les pertes s'écoulant de la femme
» Jonas poésie : FEMME LIBRE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
talibates al 3ilm :: Ramadan/رمضان-
Sauter vers: