AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Fatawas coran

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
أم رشدي
Admin
avatar

Messages : 2983
Date d'inscription : 25/12/2014

MessageSujet: Fatawas coran   Dim 29 Mar - 22:48

Embrasser le Coran

cheikh Abd Al-Aziz Ben Baz




Question : Comment juger le fait d’embrasser le Coran après sa chute à partir d’un endroit élevé ?


Réponse : Nous ne connaissons aucun argument religieux qui justifie cela.

Cependant, il n’y a aucun mal a l’embrasser puisqu’il a été rapporté que le grand Compagnon, Ikrima ibn Abi Djahl (Qu’Allah soit satisfait de lui) embrassait le Coran et disait :



« C’est la parole de mon Seigneur ».


En tout les cas, il n’y a rien à l’embrasser. Néanmoins, ceci n’est pas établi dans la religion et aucun argument ne soutienne cet acte.


Toutefois, si la personne l’embrasse en signe de vénération et de respect après qu’il soit tombé d’un endroit élevé, il n’y a aucun mal, s’il plaît à Allah.


Source:

Le recueil des fatwas du cheikh Abd Al-Aziz Ben Baz
Tome 9 page 289
www.fatawaislam.com


Like a Star @ heaven Like a Star @ heaven Like a Star @ heaven Like a Star @ heaven

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://talibatesal3ilm.forumactif.org
أم رشدي
Admin
avatar

Messages : 2983
Date d'inscription : 25/12/2014

MessageSujet: Re: Fatawas coran   Dim 29 Mar - 22:55


Réciter le Coran pour gagner sa vie



Question:


Ceux qui mémorisent le Coran chez nous au Maroc le récitent apparemment à but lucratif. Chaque fois qu’un banquet est donné en leur honneur, ils viennent réciter négligemment et insolemment le Coran sans le psalmodier.

Lors de telles réunions, alors que l’un récite le Coran, vous voyez les auditeurs inattentifs: l’un murmure à l’oreille de son voisin ou ils discutent ensemble des affaires temporelles. Il y a également une certaine façon de récitation coranique qu’ils appellent « Takhazânt » chez nous: elle consiste à déformer la prononciation des termes coraniques, ce qui entraîne une migraine insupportable, notamment quand ils essayent de s’arrêter à une pause ou autre.

Vraisemblablement, ils ont mémorisé le Coran; mais, malheureusement, ils ne le comprennent pas et sont complètement incapables de vous guider d’aucune façon, parce qu’ils croient qu’il suffit de le mémoriser.

Dès qu’ils arrivent à de tels banquets, ils cherchent à toucher leurs salaires et à collecter les aumônes des gens en échange de la bénédiction! Puis, ils se mettent à invoquer Allah en faveur des personnes charitables et de leurs défunts parents et à implorer Allah d’octroyer le succès et l’aide à ceux-là, etc. Ayant terminés la collecte des aumônes, ils les partagent entre eux sans rien donner ni aux pauvres ni aux indigents.

Quel est le jugement de la charia islamique sur les aumônes qu’ils collectent et qu’ils partagent entre eux et sur la façon de la récitation du Coran qu’ils utilisent? J’ai, en fait, tombé dans un livre sur un hadith de l’Envoyé d’Allah (pbAsl), disant que: « Quiconque récite le Coran à but lucratif, viendra au Jour de la Résurrection avec un visage décharné ». Est-ce que ce hadith est authentique ou non?

Et quel est le sens de ce saint verset: « Dis: « Pour cela, je ne vous demande aucun salaire… » .



Réponse:

Que la louange soit exclusivement à Allah et que la paix et la bénédiction soient sur l’Envoyé d’Allah, sur sa famille et sur ses compagnons…, et ensuite:

Premièrement: La récitation du Coran est une pure pratique cultuelle et un moyen de s’approcher du Seigneur. Comme toute autre pratique cultuelle, elle doit être observée par le musulman pour satisfaire Allah et rechercher la récompense auprès de Lui, sans chercher en aucune façon à plaire ou à être récompensé par quelqu’un d’autre que le Seigneur.

C’est pourquoi, il n’est point établi que les pieux prédécesseurs avaient loué des gens pour réciter le Coran au cours des festins ou des banquets ou que les calés en religion avaient autorisé ou permis un tel fait. Il n’est pas établi non plus que l’un d’eux avait touché un salaire pour avoir récité du Coran ni durant les fêtes ou les funérailles. Ils ne récitaient le Livre d’Allah qu’en vue d’acquérir Sa récompense, qu’Il soit Exalté.

Le Prophète (pbAsl) a, en outre, ordonné à celui qui récite le Coran de chercher exclusivement la récompense d’Allah et l’a mis en garde contre le fait de chercher le salaire auprès des gens. At-Tirmidhî a rapporté dans ses Sunan d’après `Imrân ibn Husayn qu’il avait passé par un narrateur qui mendia en récitant le Coran. Il lui a dit alors: Nous appartenons à Allah et nous Lui retournerons. J’ai entendu l’Envoyé d’Allah (pbAsl) dire: « Que celui qui récite le Coran, ne cherche que la récompense d’Allah exclusivement. (Dans les générations à venir), il y aura des gens qui cherchent la récompense des gens en récitant le Coran ». At-Tirmidhî dans La Récompense du Coran (2918).

Quant au salaire reçu en échange de l’enseignement du Coran ou de l’exorcisme à l’aide du Coran, et des autres pratiques qui procurent du profit à autrui et non pas seulement à celui qui récite le Coran, il est des hadiths authentiques qui prouvent que de telles pratiques sont permises, comme le hadith rapporté d’après ‘Abû Sa`îd qui a reçu un troupeau de moutons comme paye après la guérison d’un malade qu’il avait exorcisé à l’aide de la sourate Al-Fâtiha. Sa référence est déjà mentionnée.

Ainsi que le hadith de Sahl, quand le Prophète (pbAsl) a marié une femme à un homme en échange de la lui apprendre ce qu’il connaît du Coran. Al-Bukhârî dans Les mérites du Coran (5029).

Donc, quiconque touche une paye en échange de la récitation du Coran ou quiconque loue un groupe de gens pour réciter le Coran, pèche contre ce sur quoi les pieux prédécesseurs (qu’Allah soit satisfait d’eux) se sont mis d’accord.

Deuxièmement: Le Coran est l’ensemble des paroles d’Allah, l’Exalté et leur mérite sur les paroles des créatures est tel le mérite d’Allah sur Ses serviteurs. Il comporte les meilleures invocations. Celui qui le récite doit donc se comporter décemment, être recueilli et dirigé sincèrement vers Allah. Il doit également savoir parfaitement le réciter, méditer sur ses sens autant qu’il le peut, se concentrer durant la récitation sans ni prétention ni extravagance et sans hausser la voix sans raison.

Ceux qui assistent à une séance où le Coran est récité doivent: prêter attentivement l’oreille à la récitation et méditer sur les sens coraniques. Ils ne doivent pas dire des futilités ni se préoccuper de quelque chose autre que le Coran, comme le fait de murmurer avec les autres. Ils ne doivent pas déranger ni celui qui récite ni les autres auditeurs: Allah, l’Exalté, dit: « Et récite le Coran, lentement et clairement ». [Al-Muzamil: 4] ; « Et invoque ton Seigneur en toi-même, en humilité et crainte, à mi-voix, le matin et le soir, et ne sois pas du nombre des insouciants ». [Al-‘A`râf: 205] .

Troisièmement: Les gens sont différents, ils n’ont pas toutes les mêmes idées et ne sont pas au même degré d’intelligence. Tout musulman adulte et sain d’esprit doit connaître sa religion et les jugements de la charia selon son aptitude à comprendre octroyée par Allah et le temps dont il dispose, pour mettre ses enseignements en pratique et diriger autrui vers la bonne voie. La première des choses qu’il doit comprendre et s’en préoccuper en toute sincérité est le Livre d’Allah, l’Exalté. Quand il se trouve incapable de comprendre certaines parties, qu’il se dirige vers Allah pour trouver des éclaircissements, puis vers les ulémas autant qu’il lui est possible. Ensuite, il sera déchargé de toute responsabilité, car Allah, l’Exalté, n’impose à aucune âme une charge supérieure à sa capacité. S’il n’arrive pas à comprendre le sens du Coran, il ne doit pas cependant éviter de le réciter, après avoir déployé tout effort possible, conformément à ce qui est établi d’après le Prophète (pbAsl): « Celui qui récite le Coran habilement sera avec les (anges) scribes, nobles et pieux. Et celui qui récite le Coran avec difficulté, et qui trouve pénible sa lecture, aura double récompense ». Sa référence est déjà mentionnée.

Quatrièmement: Il est permis au pauvre de percevoir de l’aumône ce qui satisfait à son besoin ainsi qu’aux besoins de ceux qui sont à sa charge. Il lui est permis également d’invoquer Allah en faveur de celui qui lui a fait la charité. Quant au fait de recevoir une paye en échange de la récitation du Coran ou d’une exhortation ou de donner de l’argent à quelqu’un en vue d’acquérir sa bénédiction, ou du fait de réunir des personnes en vue d’avoir leurs bénédictions ou leurs invocations, tout ceci n’est point permis. De tels faits n’étaient pas pratiqués par les musulmans des trois générations jugées être les meilleures par le Prophète (pbAsl).

Cinquièmement: Le sens de ce verset coranique: « Dis: « Pour cela, je ne vous demande aucun salaire… « . [Sad: 86] est qu’Allah, l’Exalté, a ordonné à Son prophète Muhammad (pbAsl) d’informer sa communauté qu’il ne leur demande aucune paye en échange de leur transmettre le Message qui lui est parvenu de Son seigneur et de les convoquer au monothéisme pur et à l’observance des divers préceptes de l’islam. Sa prédication n’est que pour exécuter l’ordre d’Allah, pour Lui obéir en toute exclusivité et en vue d’acquérir la récompense et la rétribution de Lui. Ce verset vise également à dissiper les faux doutes et soupçons des polythéistes prétendant que le Prophète (pbAsl) leur a invité à suivre le Message qui lui est transmis de la part d’Allah en vue d’un but lucratif ou pour être à la tête de sa communauté. Il leur montre par-là qu’il ne les convoque à suivre le droit chemin que par pure obéissance à Allah, l’Exalté.

Tous les prophètes (qu’Allah soit satisfait d’eux) sont pareils sur ce point. Ils ne demandent aux gens aucun salaire en échange du Message qu’ils transmettent et, à ce propos, le hadith de `Imrân ibn Husayn mettant en garde contre la récitation du Coran à but lucratif et la mendicité à l’aide du Coran, est déjà mentionné.

Quant à la partie de votre question portant sur le châtiment de cet acte abominable au Jour de la Résurrection à propos du « visage décharné »; telle est une menace adressée à quiconque demande l’aumône aux gens sans en avoir vraiment besoin, soit en récitant le Coran ou pas. D’après Ibn `Umar (qu’Allah soit satisfait de lui), le Prophète (pbAsl) a dit: « Celui qui ne cesse de mendier comparaîtra devant Allah, le Très-Haut, (le Jour de la Résurrection), avec un visage complètement décharné ». Al-Bukhârî dans La Zakâ (1474) et Muslim dans la Zakâ (1040). D’après une autre version, l’Envoyé d’Allah (pbAsl) a dit: « Le mendiant ne cesse de quémander des gens, jusqu’à l’arrivée du Jour de la Résurrection où son visage sera complètement décharné ». (Transmis par Al-Bukhârî et Muslim)

D’après ‘Abû Hurayra (qu’Allah soit satisfait de lui), l’Envoyé d’Allah (pbAsl) a dit: « Celui qui mendie en vue d’accroître ses richesses, ne fait que s’attirer de la braise, qu’il en cherche à acquérir peu ou beaucoup ». Muslim dans la Zakâ (1041). (Transmis par Muslim)

Quiconque, étant pauvre, demande l’aumône aux gens en échange de la récitation du Coran, aura le châtiment mentionné dans le hadith cité précédemment au premier paragraphe de la réponse. Quiconque, n’étant pas dans le besoin, demande l’aumône aux gens, sera châtié de la façon mentionnée dans tous ces hadiths déjà cités.

Quant aux termes du hadith que vous avez cité dans votre question, nous ne sommes pas sûrs de l’authenticité de son énonciation avec ces termes.

Et c’est Allah qui accorde la réussite. Que la paix et la bénédiction d’Allah soient sur notre Prophète Muhammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.



Le comité permanent des recherches scientifiques et de la délivrance des fatwas
Membre: `Abd-Allah ibn Qa`ûd
Membre: `Abd-Allah ibn Ghadyân
Vice-président du Comité: `Abd-Ar-Razâq `Afifî
Président: `Abd-Al-`Azîz ibn Bâz



Le meilleur d’entre vous est celui qui apprend le Coran et l’enseigne

خيركم من تعلم القرآن وعلمه


Like a Star @ heaven Like a Star @ heaven Like a Star @ heaven Like a Star @ heaven Like a Star @ heaven Like a Star @ heaven Like a Star @ heaven Like a Star @ heaven Like a Star @ heaven Like a Star @ heaven Like a Star @ heaven Like a Star @ heaven
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://talibatesal3ilm.forumactif.org
أم رشدي
Admin
avatar

Messages : 2983
Date d'inscription : 25/12/2014

MessageSujet: Re: Fatawas coran   Dim 29 Mar - 23:02


Celui qui lit le Coran sans maîtriser les règles
de récitation commet-il un péché?



Fatawa de Cheikh Salih Al-Fawzân




Question:00]]

Je lis souvent le Saint Coran, mais je ne maîtrise pas les règles de sa récitation et je fais beaucoup de fautes en le lisant. Est-ce que je commets ainsi des péchés?


[u]
Réponse:


Il incombe au musulman d’apprendre la lecture littérale du Coran jusqu’à la maîtriser et de réciter autant qu’il peut le Coran comme il a été transmis d’après le Prophète (que la paix et la bénédiction d’Allah soient sur lui) et comme Allah -qu’Il soit Loué et Exalté- le lui a révélé. S’il récite le Coran lentement et répète à plusieurs reprises chaque mot jusqu’à atteindre la prononciation correcte, il recevra une double récompense, comme il l’a dit l’Envoyé d’Allah ( صلى الله عليه وسلم): « Celui qui récite le Coran en bégayant et qui trouve pénible sa lecture, aura une double récompense ». Vous devez donc faire preuve de patience, lire lentement et répéter chaque mot à plusieurs reprises jusqu’à pouvoir bien articuler; et si vous trouvez cette tâche pénible, sachez que cela augmentera votre récompense. Mais, gardez-vous de hâter votre récitation du Coran sans tenir compte du fait qu’elle sera correcte ou pas; car, ainsi vous risquez de faire peu de cas des paroles d’Allah – qu’Il soit Loué et Exalté-. Nous savons que ce Coran représente l’ensemble des paroles d’Allah, le Très-Haut, qu’Il a prononcé comme nous les récitons avec les mêmes lettres et les mêmes désinences et que c’est Gabriel (que la paix soit sur lui) qui l’a reçu d’Allah, l’Exalté- puis l’a fidèlement révélé au Prophète (pbAsl), conformément à ce verset: « Ce (Coran) ci, c’est le Seigneur de l’univers qui l’a fait descendre, et l’Esprit fidèle est descendu avec cela sur ton cœur, pour que tu sois du nombre des avertisseurs, en une langue arabe très claire ». [Ach-Chu`arâ': 192-195]

Fatawa de Cheikh Salih Al-Fawzân

Fatawâ Al-Fawzan, Nour `Ala Ad-Darb, Vol.1


Like a Star @ heaven Like a Star @ heaven Like a Star @ heaven Like a Star @ heaven
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://talibatesal3ilm.forumactif.org
أم رشدي
Admin
avatar

Messages : 2983
Date d'inscription : 25/12/2014

MessageSujet: Re: Fatawas coran   Dim 29 Mar - 23:19


La lecture collective du Coran


Question: Quel est l’avis religieux relatif à la récitation du Coran en groupe, en nous donnant une réponse argumentée tirée du Coran ou de la Sunna?




Réponse:


La récitation du Coran est un acte de dévotion; c’est l’une des meilleures pratiques pour se rapprocher d’Allah, Exalté soit-il. La règle de base relative à la récitation (du Coran), c’est qu’elle doit être conforme à la façon pratiquée par le Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) et ses compagnons (Qu’Allah soit satisfait d’eux), il n’a pas été rapporté que le Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) ou ses compagnons lisaient le Coran en chœur, d’une seule et même voix. Bien au contraire, chacun lisait seul ou l’un récitait et son compagnon écoutait la récitation. Il a été rapporté de façon avérée que le Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) a dit: « Tenez-vous donc à ma Sunna et à la Sunna des califes bien guidés après moi. » Il a dit aussi: « Celui qui innovera dans notre religion des choses qui n’en font pas partie, qu’on les lui rejette ». Et dans une variante: « Tout acte non conforme à nos enseignements est à rejeter ».

Il a été rapporté de façon certaine que le Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) a ordonné à `Abd-Allah ibn Mas`oud, qu’Allah soit satisfait de lui, de lire pour lui le Coran. Il lui dit alors: « O Messager d’Allah! Réciterai-je (le Coran) à toi, alors que c’est à toi qu’il a été révélé? ». Il a dit : « J’aime mieux l’entendre d’autres que moi ».


Qu’Allah vous accorde la réussite et prière et salut sur notre Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons. .

Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance des Fatwas (Al-Iftâ’)



Like a Star @ heaven Like a Star @ heaven Like a Star @ heaven Like a Star @ heaven Like a Star @ heaven Like a Star @ heaven Like a Star @ heaven
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://talibatesal3ilm.forumactif.org
أم رشدي
Admin
avatar

Messages : 2983
Date d'inscription : 25/12/2014

MessageSujet: Re: Fatawas coran   Dim 29 Mar - 23:22


L’orientation vers la Qibla lors de la récitation du Coran


Cheikh al-Fawzân



Question:


L’orientation vers la Qibla est-elle obligatoire lors de la récitation [du Coran]?

Réponse:

Il convient [au lecteur] de s’orienter vers la Qibla, car la récitation du Coran est une adoration. Or il est recommandé de s’orienter vers la Qibla lors des actes d’adoration. Si il est possible [au lecteur] de le faire, alors cela parfera [son adoration]. Mais si il ne peut pas s’orienter vers la Qibla, alors il n’y a aucun mal à cela.


Cheikh Salih Al-Fawzân.


Like a Star @ heaven Like a Star @ heaven Like a Star @ heaven Like a Star @ heaven
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://talibatesal3ilm.forumactif.org
أم رشدي
Admin
avatar

Messages : 2983
Date d'inscription : 25/12/2014

MessageSujet: Re: Fatawas coran   Dim 29 Mar - 23:36


(maîtrise de la science de la récitation du Coran)



Avis de la religion relatif à un imam qui est faible en récitation et en Tajwid



Le Cheikh et Moufti, Abdelaziz Ibn Baz Qu’Allah lui fasse miséricorde




Question :

Je porte à votre connaissance que je suis imam dans une mosquée dans les environs de Riyad. Mon problème réside dans la faiblesse de mon Tajwid et dans la récitation dans laquelle je fais de nombreuses erreurs. Je ne mémorise que six Hizbs et quelques versets. Cela m’inquiète. Dois-je continuer ou démissionner pour dégager ma responsabilité ? Je souhaite avoir une recommandation à ce sujet.




Réponse:


Il vous convient de faire les efforts pour mémoriser entièrement le Coran et pour apprendre les règles de Tajwid. Réjouissez-vous de cette nouvelle favorable et demandez aide et assistance à Allah (Exalté soit-Il) si votre intention est sincère et si vous fournissez les efforts nécessaires, car Allah (l’Exalté) a dit : Quiconque craint Allah cependant, Il lui facilite les choses (sourate at-Talaq).

Le Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) a dit : « Celui qui récite habilement le Coran sera avec les Anges nobles et obéissants; tandis que celui qui le récite péniblement en bégayant, aura une double récompense. » (al-Boukhari et Mouslim)

Je ne vous recommande pas de démissionner, au contraire, je vous conseille de faire des efforts avec constance et de faire preuve d’endurance et de patience pour apprendre le Tajwid et mémoriser le Noble Coran en entier ou en partie. Qu’Allah vous accorde le succès et vous faciliter votre tâche.



Cheikh Abdelaziz Ibn Baz (Qu’Allah lui fasse miséricorde)

Source: www.alifta.net


Like a Star @ heaven Like a Star @ heaven Like a Star @ heaven Like a Star @ heaven Like a Star @ heaven Like a Star @ heaven
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://talibatesal3ilm.forumactif.org
أم رشدي
Admin
avatar

Messages : 2983
Date d'inscription : 25/12/2014

MessageSujet: Re: Fatawas coran   Dim 5 Avr - 19:41







Question :

Est-il interdit de porter le Coran et d’en lire un exemplaire qui ne comporte ni traduction ni commentaire quand on n’a pas fait des ablutions ? J’ai entendu certains hadiths du Prophète affirmer que le croyant est toujours pur, même quand il traîne une souillure consécutive aux rapports intimes.




Réponse :


Louange à Allah


Cette question a été adressée à son éminence Cheikh Abd al-Aziz ibn Baz et il y a répondu en ces termes :


« Il n’est pas permis au musulman de toucher au Coran quand il n’a pas fait ses ablutions. C’est l’avis de la majorité des ulémas notamment les quatre imams [ qu'Allah soit satisfait d'eux ]

C’est aussi l’opinion qu’exprimaient les Compagnons du Prophète. Elle est corroborée par un hadith passablement authentique. Il est rapporté par Amr ibn Hazm selon lequel le Prophète avait écrit aux habitants du Yémen ceci : « Seule une personne propre peut toucher le Coran ». C’est un bon hadith rapporté à travers des voies qui se consolident mutuellement. Ceci permet de savoir qu’il n’est permis de toucher le Coran qu’à quelqu’un qui est débarrassé des souillures mineures et majeures.


Il en est de même du transport du Coran par une personne qui n’est pas propre. Mais il n’y a aucun mal à le toucher ou le transporter indirectement comme si on l’enveloppe de quelque chose, ce qui est interdit c’est le toucher directement alors qu’on n’est pas propre. Cela n’est pas permis selon l’avis juste soutenu par la majorité des ulémas sur la base de ce qui a été dit plus haut.



Cependant il n’y a aucun inconvénient à ce que l’on récite le Coran de mémoire, même quand on n’est pas propre. Dans ce cas-là, le Coran peut être tenu par une personne propre pour corriger la récitation de l’autre, le cas échéant.


Il demeure vrai que la personne qui traîne une souillure majeure consécutive à l’acte intime n’est pas autorisée à réciter le Coran parce qu’il a été rapporté de façon sûre que seule cette souillure empêchait le Prophète (bénédiction et salut soient sur lui) de réciter le Coran. L’imam Ahmad a rapporté grâce à une chaîne solide d’après
Ali que le Prophète était allé aux selles puis avait récité une partie du Coran et dit : « Ceci est permis à celui qui ne traîne pas une souillure majeure. Celui qui se trouve dans cet état n’a pas à le faire, même pas pour un seul verset ».

Il s’agit d’expliquer que celui qui traîne une souillure majeure ne peut lire le Coran ni le réciter de mémoire avant d'avoir pris un bain rituel. Quant à celui qui traîne une souillure mineure, il peut réciter le Coran de mémoire, mais ne doit pas le toucher. - Fatawa Cheikh ibn Baz [ Puisse Allah lui accorder Sa miséricorde ] -



Quant au hadith qui évoque la pureté du croyant,
Abou Hourayra en dit :

« Le Messager d’Allah m’a rencontré alors que j’étais en état de souillure majeure et il m’a saisi la main et j’ai marché avec lui jusqu’à ce qu’il se soit assis. Je me suis dérobé pour aller à la maison où j’ai pris un bain rituel avant de revenir m’asseoir. Il m’a dit à ce moment : - Où étais-tu, ô Abou Hirr ? Je le lui ai dit. - Puis il dit : Ô Abou Hirr ! Gloire à Allah ! Le croyant ne peut pas être impur. »
[ Rapporté par al-Boukhari ]



Dans son commentaire du Sahih de Mouslim, An-Nawawi dit : « Ce hadith renferme un important principe qui est que le musulman est pur, vivant ou mort… Et puis, il dit : si sa pureté est établie, sa sueur, sa salive, ses larmes sont propres, qu’il soit en état de souillure mineure ou majeure ou qu’il s’agisse d’une femme dans son cycle menstruel ou accouchée. Quand on sait cela on comprend la signification de sa pureté. La pureté de son corps n'empêche pas qu’il soit en même temps affecté par une souillure. Celle-ci est une situation physique qui empêche l'intéressé de pouvoir accomplir la prière ou d’autres pratiques rituelles qui supposent que leur auteur soit en état de propreté rituelle.

Allah le sait mieux.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://talibatesal3ilm.forumactif.org
أم رشدي
Admin
avatar

Messages : 2983
Date d'inscription : 25/12/2014

MessageSujet: Re: Fatawas coran   Dim 5 Avr - 19:50


Doctrine (madh hab) malikites المذهب المالكي


Remarques importantes
*Si vous n'êtes pas sûr d'avoir vos ablutions : renouvelez-les[2].
(S’il doute de s’être purifié (par l’ablution) après avoir été en état d’impureté (qui impose l’ablution) en toute certitude, l’ablution est annulée.
Il ne faut pas, par contre, céder au Waswâs : à la maladie du doute : celui qui est atteint de cette maladie ne doit pas renouveler ses ablutions s’il a des doutes maladifs sur quelque chose qui invalide ses ablutions(Hadath) après ses ablutions, il faut s’opposer au Waswâs (ne pas le considérer) car il s’agit d’insufflations du diable pour fatiguer le croyant et le dégoûter ...)

*Toujours prendre l'eau avec la main droite (de préférence).

*Ne pas gaspiller l'eau même s'il y en a beaucoup.

*Etre rapide mais consciencieux.

*Il est interdit (Harâm) de lire ou toucher le Coran lorsqu'on est Junub(en état de souillure majeur).

Il ne faut pas toucher non plus le Coran en arabe si on n'a pas nos ablutions mineures (Woudou): sauf pour le cas de l'apprentissage, ou le Hirz (à condition que le porteur soit musulman et que le Coran soit protégé (par quelque chose) contre les salissures).
Pour l'apprentissage: il est autorisé de toucher le Mus-haf en arabe sans les petites ablutions (et même pour celle qui a ses règles (menstrues) dans ce cas).

On peut réciter le Coran (sans le toucher) sans avoir les petites ablutions.
Pour le Junub(état de souillure majeure) c'est Non: ni le toucher ni le lire: sauf s'il s'agit de lire un verset pour se protéger ou pour l'argumentation d'un statut légal.

La femme qui a ses règles ou ses lochies peut lire (réciter) le Coran mais ne peut pas le toucher : sauf pour la science (l’enseignement) ou l’apprentissage comme celle qui apprend aux enfants : celle-ci peut toucher le Livre du Coran (en arabe) en plus de sa lecture (pour lever la difficulté).

On peut toucher le Coran écrit (traduit) en français même si on n'a pas nos petites ablutions.

Les Fuqaha ont aussi toléré de porter la monnaie échangée surlaquelle les versets du Coran sont gravés (en étant sans petites ablutions) pour lever la difficulté.


Notes:

[2] S’il doute de s’être purifié (par l’ablution) après avoir été en état d’impureté (qui impose l’ablution) en toute certitude, l’ablution est annulée.
Il ne faut pas, par contre, céder au Waswâs : à la maladie du doute : celui qui est atteint de cette maladie ne doit pas renouveler ses ablutions s’il a des doutes maladifs sur quelque chose qui invalide ses ablutions(Hadath) après ses ablutions, il faut s’opposer au Waswâs (ne pas le considérer) car il s’agit d’insufflations du diable pour fatiguer le croyant et le dégoûter …



صلاتي نورت حياتي


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://talibatesal3ilm.forumactif.org
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Fatawas coran   

Revenir en haut Aller en bas
 
Fatawas coran
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le projet de brûler un Coran déchaîne les passions
» L'évangile de Barnabé contredis le coran !
» Le coran
» les mystères (miracles) du Coran
» QUELQUES VERITES SCIENTIFIQUES DU CORAN

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
talibates al 3ilm :: Coran القرآن-
Sauter vers: